στοιχεια

Copyright Patrice de Santa Coloma |  euclide
Patrice de Santa Coloma, Alphabêtises, brou de noix sur papier, 220 dessins recto-verso, 15 x 10,5 cm plié chacun
Emmanuel Aragon, dessin mural, charbon, 275 x 340 cm

στοιχεια

J’expérimente sur des papiers pliés des formes géométriques. Je les utilise comme outils de composition pour élaborer mes tableaux. J’ai imaginé que ces signes pouvaient se rencontrer ou non en dehors du support. Je me suis alors souvenu du théorème d’Euclide sur les droites qui sont dites “parallèles” lorsque prolongées sur un même plan à l’infini celles ci ne se rencontrent en aucun point.
Quand Euclide en 300 av. J.-C. écrit les 13 livres de son traité de géométrie « les éléments » (ΣΤΟΙΧΕΙΑ), les minuscules n’existaient pas. Il n’y avait pas d’espace entre les mots et on revenait à la ligne en fonction du support. J’ai naturellement pensé à Emmanuel Aragon pour “dessiner cette écriture”.
Comme il n’existe aucune trace des originaux d’Euclide et seulement des copies bien postérieures réalisées en lettres minuscules par des scribes, nous avons eu recours à une transcription en grec ancien et en lettres capitales qui nous a donné des indications sur la façon dont Euclide aurait pu écrire le théorème en son temps.
Pour finir j’ai appris que le mot ΣΤΟΙΧΕΙΑ avait deux significations en grec ancien : il signifie à la fois “élément” et “lettre”, ce mot reliant d’une certaine manière le dessin à l’écriture.

Remerciements : Emmanuel Aragon et Tassos Hadjicocolis pour leurs aides précieuses.
Copyright Patrice de Santa Coloma |  euclide
Παράλληλοί εἰσιν εὐθεῖαι, αἵτινες ἐν τῷ αὐτῷ ἐπιπέδῳ οὖσαι καὶ ἐκβαλλόμεναι εἰς ἄπειρον ἐφ᾿ ἑκάτερα τὰ μέρη ἐπὶ μηδέτερα συμπίπτουσιν ἀλλήλαις.

Parallel lines are straight-lines which, being in the same plane, and being produced to infinity in each direction, meet with one another in neither of these directions.


es | en | fr