/photographies/residences
/photographies/residences
/photographies/residences
/photographies/residences
/photographies/residences
/photographies/residences
/photographies/residences
/photographies/residences
/photographies/residences
/photographies/residences
/photographies/residences
/photographies/residences

Résidences(s)

Série de photographies argentiques 6x6 Kodak Portra 160

Chemin de traverse, piste cyclable n°5 par la rue Dandicolle vers le campus Carrère, rue Bethmann, Hôpital Pellegrin puis Charles Perrins. Le campus apparait enfin. Les structures, les immeubles s'enchainent et se superposent dans le regard. Un même chemin toujours différent, tous les jours. Je n'avance pas, je m'enlise dans des problématiques de savoir-faire perdus. Tout est dosage et minutie ce qui n'est pas le fondement de ma pratique où j'aime laisser la place à l'imprévu, la surprise.

Le dôme du centre de recherche génomique apparaît enfin, il jouxte l'amphitéatre. Un décor digne des Chroniques Martiennes, est-ce la même époque que Meriadeck ? Local technique au rez-de-chaussé de l'amphithéatre I. Les cours de médecine au dessus, je fini à force par comprendre certaines choses. La biologie est une science vertigieuse de complexité, je repasse mon bac encore une fois cette année. Les équations différentielles ne sont plus au programme, le cycle de Krebs est maintenu. Je perfectionne mes colorations de Gram sans prendre trop de poids. Je ne m'habitue toujours pas à la vue du sang.

Le CROUS à midi, les milliers d'étudiants, une bouffe industrielle insipide vendue cher.
Impossible de boire un café sans sésame magnétique.

A propos de la résidence